Le Chant de la Fourmi©

Ecrit et Illustré par De Dorman
Traduit par Véronique Ashley

Proverbes 6:6 “Va vers la fourmi, paresseux; considère ses voies, et deviens sage”.

Matthieu 9:37-38 “Alors il dit à ses disciples: la moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson”.

Sait-on pourquoi le Seigneur nous demande d’apprendre des fourmis ? Comment les hommes, si grands, peuvent-ils apprendre quelque chose de si petites créatures? (lire Proverbes 6:6-8 et laisser un temps de réponse à l’audience).
Oui, les fourmis s’activent sans que personne n’ait à les surveiller pour voir si le travail est bien fait. Dans Proverbes 6:8, nous voyons que la récompense de la fourmi est la nourriture en abondance.

Juste pour un petit moment observons de très près une colonie de fourmis très occupée, et tirons en des leçons. Ici elles sont au travail dans leur petite ville appellée Pleasantville. Chacune a l’air d’aimer faire sa part afin que la colonie fonctionne parfaitement.

Regardez, voici Arthur qui aide son voisin à effectuer des réparations sur sa maison. Là, c’est mademoiselle Lucy qui passe l’après-midi avec sa grand-mère qui ne peut plus se mouvoir aussi facilement qu’auparavant.

Si vous écoutez attentivement, vous pouvez entendre au loin une armée de fourmis transportant de la nourriture des champs jusqu’à leur grenier tout en chantant. Cette nourriture va être mangée pendant les froids mois de l’hiver prochain.
“Un, deux, trois, quatre…
Pourquoi travaillons nous?
Travailler par centimètre est facile
Mais travailler par mètre est difficile
Un, deux, trois, quatre…
Pourquoi travaillons nous?
Travailler par centimètre est facile
Mais travailler par mètre est difficile”

Cette petite chanson a été enseignée à toutes les fourmis à Pleasantville. Quelqu’un sait-il la signification de ce chant? (Permettre un temps de réponse).
C’est vrai… Elles savent toutes qu’il est mieux d’effectuer un travail rapidement pendant que c’est une petite tâche plutôt que de le laisser devenir une corvée.
Voilà pourquoi Arthur range ses outils quand il a fini d’aider son voisin, et vous ne verrez jamais mademoiselle Lucy mettre du désordre, parce qu’elle sait vite ramasser les choses et les remettre rapidement à leur place.
Imaginez ce qui arriverait si les fourmis décidaient de ne pas amasser de nourriture, ou encore, si elles attendaient trop longtemps pour faire leur travail… Les pluies de l’automne pourraient ruiner le grain, ou bien les oiseaux affamés festoyeraient jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien. Ainsi Pleasantville n’aurait rien à manger durant les froids mois de l’hiver. Voilà pourquoi les fourmis travaillent avec dilligence. Le temps du repos arrivera bientôt.

“Un, deux, trois, quatre…
Pourquoi travaillons nous?
Travailler par centimètre est facile
Mais travailler par mètre est difficile”

Voyez vous ce que j’aperçois dans l’herbe haute ?
Oh, non… C’est Chester… Il recommence : il se cache pendant que les autres travaillent ! Voyons ce qu’il fabrique maintenant. Peut-être pouvons nous l’observer et tirer une leçon de son comportement.

“Elles s’en vont encore… Allant et venant… Allant et venant…Ne se reposent-elles donc jamais? Rien que de penser à tous ces “Un, deux, trois, quatre”, j’ai mal à la tête. Je ferais bien de me reposer ici quelques minutes”.
Juste à ce moment le vent emporte le chapeau de Chester, et il est repéré par Milton, l’une des fourmis passant par là :
“Hey, Chester, pourquoi ne nous aides tu pas à faire le travail? On apprécierait sûrement un coup de main. Il commence à faire très chaud ici. Si tu pouvais seulement nous aider un peu, on pourrait tous finir plus tôt”.
Chester qui est un peu en colère d’avoir été repéré, répond :
“Bien sûr, bien sûr, je me repose ici une minute et juste après je vous rejoins”.
Il sait dans son coeur qu’il n’a aucune intention d’aider.
Il semble que partout où il y a du travail, on n’y trouvera point Chester.
Une fourmi fatiguée mais déterminée répondit :
“Ok Chester, n’oublie pas, oh rappelle toi… Il y aura une grande fête de la moisson quand on aura fini. Tous ceux qui auront fait leur besogne durant l’été y sont invités” .
“Je ne peux attendre d’y aller!” réplique la fourmi paresseuse; se disant que même sans avoir aider au travail, elle ira à la fête.
“Ah, c’est ca la vie!” pense t-il en s’enfonçant de nouveau dans le sable chaud. “Tous ces “travailler par centimètre est facile” me fatiguent. Ils vont s’épuiser et n’auront plus aucune énergie pour la fête”.
“Je me demande quels genres de jeux il y aura cette année ?”. Chester se détend, étirant tous les muscles de son corps tout en rêvant à la fête de la moison.
L’Automne succède à l’été et les fourmis restent occupées…Toutes sauf Chester. Il utilise une excuse après une autre pour ne pas aider…sa tête lui fait mal, il fait trop chaud, il est trop fatigué…et ainsi de suite.

Enfin Arthur vient de fixer la dernière tuile sur le toit de la maison de son voisin et le bataillon a transporté le dernier grain de maïs au grenier. Les fourmis peuvent finalement se détendre et récolter la récompense de leur labeur. Leur pensée est sur la fête à venir.

“Le temps est parfait pour notre fête!” dit mademoiselle Lucy tout en sirotant de la limonade avec sa grand-mère dans la fraicheur du soir. 
“Les dames du village travaillent avec acharnement aux préparatifs de la célébration, et la fête est dans seulement quelques jours!”
Mademoiselle Lucy et grand-mère parlent de la manière dont elles vont s’habiller. Elles se demandent si tout le monde sera de la fête. 
“Grand-mère, comment saurons nous qui sera à la fête?” demande la petite fourmi curieuse.
- “Vois- tu Lucy, une fourmi dans notre ville, a une occupation bien particulière. Son nom est Milton, et il doit s’assurer que toutes les fourmis font leur travail. Quand il les voit s’activer, il écrit leur nom dans le livre des invités. Si les fourmis ne sont pas au travail quand il passe les contrôler, Milton leurs donne un avertissement et leurs donne une deuxième chance. Si elles continuent à être paresseuses, il ne leur sera pas permis de venir à la fête. Cela semble cruel, pourtant aucune fourmi à Pleasantville n’a jamais manqué une fête!

Hélas! Cela est sur le point de changer.
Devine qui sera la première fourmi dans la petite ville à ne pas participer à la fête de la récolte? Oui, c’est vrai. Ce sera Chester, et il va le savoir bientôt. Dans toute la ville, il y a des affiches pour la promotion de cet évènement exceptionnel. La fête commencera à six heures pile. Chacun sort son plus bel habit, et s’assure d’avoir assez de place dans l’estomac pour la grande célébration à venir. Les enfants (sans même se plaindre) ont fait la sieste afin d’avoir assez d’énergie pour les divertissements et les jeux qui se poursuivront jusqu’à tard dans la soirée. 

Il est finallement six heures, et les invités commencent à s’aligner devant la salle de réception. Milton dit au portier de vérifier le livre, et de s’assurer que le nom de tout un chacun y est inscrit avant de le laisser entrer. 
Tout se passe bien jusqu’au tour de Chester. On ne trouve son nom écrit nul part dans le livre. Le portier se décide finalement à appeller Milton. Il lui explique que Chester insiste : il a fait de son mieux. Ce n’est pas sa faute s’il se fatigue vite et que sa tête lui fait très mal ensuite. Dans son coeur Chester sait la vérité : Il a été une fourmi paresseuse et il va recevoir le fruit de son manque de labeur.

Il quitte le magnifique banquet la tête basse, tout désolé de n’avoir pas effectué son “travail par centimètre”. Et même s’il essayait de s’activer maintenant il ne pourrait pas finir à temps pour se rendre à la fete de la moisson. Vraiment, travailler par mètre est difficile! Chester se promet que cela n’arrivera plus jamais. Il rentre directement à la maison et commence à s’appliquer sur ce qu’il était sensé faire…Sa part du travail !

Les garcons et les filles, pensez-vous que Chester manqua une autre fête de la moisson? Je pense qu’il a bien compris la leçon, et peut-être… Juste peut-être, que c’est la raison pour laquelle on ne voit jamais une fourmi paresseuse de nos jours. Tout le monde apprend de ses erreurs !
Tu ne pourras jamais faire assez par toi même pour aller au paradis (Ephesiens 2:8,9). On nous dit cependant, qu’après que nous ayons recu Jésus comme notre sauveur, nous nous devons de le suivre par le baptème, notre présence à l’eglise, l’offrande, l’obéissance aux parents (Ephesiens 6:1), et bien d’autres choses. Le Seigneur promet que ton travail sera recompensé (II Chroniques 15:7).
(Image de la croix)
As-tu accepté la mort de Jésus sur la croix comme la rançon pour tes péchés? Romains 3:23 nous dit que tous ont péché, et Romains 6:23 nous dit que la punition pour nos péchés, c’est la mort. Mais il y’a de l’espoir… Romains 5:8 nous dit comment Dieu nous a montré son amour (lire aux enfants Romains 5:8).

Peut-être que tu as le même problème que Chester… Etre paresseux! J’espère que toi aussi, tu as appris une leçon de valeur en écoutant ce conte, Le Chant de la Fourmi. Etre paresseux nous apporte seulement la honte. Un jour Jésus reviendra et la Bible nous dit dans Apocalypse 22:12 (lire) qu’Il aura sa rétribution avec lui. Nous dînerons alors avec le Roi des Rois et le Seigneur des Seigneurs. Es-tu prêt pour ce banquet ? 
Matthieu 9: 37,38 (lire ce passage) nous parle du grand besoin de travailleurs dans la moisson. Est-ce que Jésus peut compter sur toi pour sa moisson?
Esaïe 6:8 explique comment Dieu se pose la question : “qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ?” Peux-tu dire avec un coeur sincère : “me voici Seigneur, envoie moi ”.
Invitation au salut / au service de Dieu. 

Helping Hands

Products

 

Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail

 

More

Contact Us

E-mail us at This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.


        

 

 

Copyright ©  The Helping Hands 2004-2016.
All Rights Reserved.